当前位置:首页 >> 法语学习 >>

巴黎圣母院歌词全集


Notre Dame De Paris

Act I  

1 - Le temps des cathédrales 15 - Beau comme le Soleil 2 - Les sans-papiers 16 - Déchiré 3 - Intervention de Frollo 17 - Anarkia 4 - Bohémienne 18 - à Boire 5 - Esméralda tu sais
19 - Belle 6 - Ces Diamants-là 20 - Ma maison c'est ta maison7 - La Fête des Fous 21 - Ave Maria pa?en 8 - Le Pape des Fous 22 - Je sens ma vie qui bascule
9 - La Sorcière 23 - Tu vas me détruire 10 - L'Enfant trouvé 24 - L'Ombre 11 - Les Portes de Paris 25 - La Val d'Amour 12 - Tentative d'enlèvement 26 - La Volupté
13 - La cour des miracles 27 - Fatalité 14 - Le Mot Phoebus  


Le Temps des cathédrales
Gringoire :
C'est une histoire qui a pour lieu
Paris la belle en l'an de Dieu
Mil-quatre-cent-quatre-vingt-deux
Histoire d'amour et de désir
Nous les artistes anonymes
De la sculpture ou de la rime
Tenterons de vous la transcrire
Pour les siècles à venir
Il est venu le temps des cathédrales
Le monde est entré
Dans un nouveau millénaire
L'homme a voulu monter vers les étoiles
Ecrire son histoire
Dans le verre ou dans la pierre
Pierre après pierre, jour après jour
De siècle en siècle avec amour
Il a vu s'élever les tours
Qu'il avait baties de ses mains
Les poètes et les troubadours
Ont chanté des chansons d'amour
Qui promettaient au genre humain
De meilleurs lendemains
Il est venu le temps des cathédrales
Le monde est entré
Dans un nouveau millénaire
L'homme a voulu monter vers les étoiles
Ecrire son histoire
Dans le verre ou dans la pierre
Il est venu le temps des cathédrales
Le monde est entré
Dans un nouveau millénaire
L'homme a voulu monter vers les étoiles
Ecrire son histoire
Dans le verre ou dans la pierre
Il est foutu le temps des cathédrales
La foule des barbares
Est aux portes de la ville
Laissez entrer ces pa?ens, ces vandales
La fin de ce monde
Est prévue pour l'an deux mille
Est prévue pour l'an deux mille

Les Sans-Papiers
Clopin et les Sans-Papiers :
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Oh ! Notre-Dame
Et nous te demandons
Asile ! Asile !
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Oh ! Notre-Dame
Et nous te demandons
Asile ! Asile !
Nous sommes plus de mille
Aux portes de la ville
Et bient?t nous serons
Dix mille et puis cent mille
Nous serons des millions
Qui te demanderont
Asile !
Asile !
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Oh ! Notre-Dame
Et nous te demandons
Asile ! Asile !
Nous sommes des va-nu-pieds
Aux portes de la ville
Et le ville est dans l'?le
Dans l'?le de la Cité
Le monde va changer
Et va se mélanger
Et nous irons jouer
Dans l'?le
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Des sans-papiers
Sans domicile
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Oh ! Notre-Dame
Et nous te demandons
Asile ! Asile ! Asile ! Asile !

Intervention de Frollo
Frollo :
Monsieur Phoebus de Chateaupers
Capitaine des archers du roi
Je vous ordonne de faire taire/chasser
La voix de cette Esméralda/Tous ces hors-la-loi
Il faut à tout prix empêcher
Cette cohorte d'étrangers
De venir troubler la vie
Du bon peuple de Paris
Phoebus :
A vos ordres Monseigneur l'Archidiacre
Au nom de Dieu j'irai jusqu'au massacre
Je vais chasser de votre vue
Tous ces vauriens, tous ces tout-nus
Les soldats de Phoebus chassent les sans-papiers au milieu desquels se trouve Esméralda... Phoebus s'attarde auprès d'elle.

Bohémienne
Phoebus :
D'où viens-tu belle étrangère
Fille du ciel ou de la terre
Bel oiseau de paradis
Que viens-tu faire pas ici ?
Esméralda :
Bohémienne
Nul ne sait le pays d'où je viens
Bohémienne
Je suis fille de grands chemins
Bohémienne, bohémienne
Qui peut dire où je serai demain
Bohémienne, bohémienne
c'est écrit dans les lignes de ma main
Ma mère me parlait de l'Espagne
Comme si c'était son pays
Et des brigands dans les montagnes
Dans les montagnes d'Andalousie
Dans les montagnes d'Andalousie
Je n'ai plus ni père ni mère
J'ai fait de Paris mon pays
Mais quand j'imagine la mer
Elle m'emmène loin d'ici
Vers les montagnes d'Andalousie
Bohémienne
Nul ne sait le pays d'où je viens
Bohémienne
Je suis fille de grands chemins
Bohémienne, bohémienne
Qui peut dire qui j'aimerai demain
Bohémienne, bohémienne
C'est écrit dans les lignes de ma main
J'ai passé toute mon enfance
Pieds nus sur les monts de Provence
Pour les gitans la route est longue
La route est longue
Je continuerai mon errance
Au-delà des chemins de France
Je les suivrai au bout du monde
Au bout du monde
Un fleuve d'Andalousie
Coule dans mon sang
Coule dans mes veines
Le ciel d'Andalousie
Vaut-il la peine
Qu'on y revienne
Bohémienne
Nul ne sait le pays d'où je viens
Bohémienne
Je suis fille de grands chemins
Bohémienne, bohémienne
Qui peut dire ce que sera demain
Bohémienne, bohémienne
C'est écrit dans les lignes de ma main
C'est écrit dans les lignes de ma main



Esméralda tu sais
Clopin :
Esméralda tu sais
Tu n'es plus une enfant
Il m'arrive maintenant
De te regarder différemment
Tu n'avais pas huit ans
Quand ta mère est partie
Emportée par la mort
Vers son Andalousie
Ell't'a confiée à moi
Et avec jalousie
J'ai veillé sur ta vie
Jusqu'au jour d'aujourd'hui
Esméralda tu sais
Les hommes sont méchants
Prend garde quand tu cours
Dans les rues, dans les champs
Est-ce que tu me comprends ?
Tu arrives maintenant
A l'age de l'amour
Rien n'est plus comme avant
Phoebus revient vers Fleur-de-Lys



Ces Diamants-là
Fleur-de-Lys :
Mes quatorze printemps
Sont à toi
Ce collier de diamants
Est pour moi
Les mots de tes serments
Si tu mens
Je n'y croirai pas
Phoebus :
Ton coeur de jouvencelle
Est à moi
Tes yeux de tourterelle
Sont pour moi
Les étoiles étincelles
Dans le ciel
Moins que ces diamants-là
Fleur-de-Lys :
Celui que mon coeur aime
Est un beau chevalier
Qui ne sait pas lui-même
Combien je peux l'aimer
Phoebus :
Si je ne le sais pas
Je le vois dans tes yeux
Celui qui t'aimera
Sera un homme heureux
Fleur-de-Lys :
Ne cherches plus l'amour

Il est là pour toujours

Ce sera un beau
Que le jour
Où l'on se mariera Phoebus :

Il est là

Je le crois
Phoebus :
Tout l'or qui dort encore
Sous le lit de la terre
J'en couvrirai ton corps
Que tu m'auras offert
Fleur-De-Lys :
Tous les mots de l'amour
Tous les mots du désir
Mieux que les troubadours
Tu sauras me les dires
Phoebus
Ne cherches plus l'amour

Il est là pour toujours

Ce sera un beau
Que le jour
Où l'on se mariera Fleur-de-Lys

Il est là

Je le crois
Les deux :
Ne cherche plus l'amour
Il est là
Il est là pour toujours
Je le crois
Ce sera un beau jour
Que le jour
Où l'on se mariera
Ce sera un beau jour
Que le jour
Où l'on se mariera
Où l'on se mariera


La Fête des Fous
Gringoire et la foule :
La fête des fous !
La fête des fous !
La fête des fous !
La fête des fous !
Laissez-moi présider
Cette Fête des Fous
Comme on en fait chez nous
Où l'on sait s'amuser
La fête des fous !
La fête des fous !
Choisissez le plus laid
Parmi les gens qui passent
Faites-les parader
Au milieu de la place
De toute la populace
Celui qui nous fera
La plus belle grimace
C'est lui qu'on élira
Le Pape des fous !
Le Pape des fous !
C'est lui qu'on élire
C'est lui qu'on élira
Le Pape des fous
La...
Fête...
Des...
Fous...
La fête des fous
La fête des fous
La fête des fous
La fête des fous
La fête des fous
La fête des fous
Mais qui est celui-là
Qui se cache là-bas ?
Ce monstre n'est-il pas
Celui qu'on élira ?
Le Pape des fous !
Le Pape des fous !
C'est lui qu'on élira
C'est lui qu'on élira
Le Pape des fous
C'est le sonneur de cloches
Avec sa bosse au dos
C'est bien lui le plus moche
C'est le Quasimodo
Voilà qu'en plus il lorgne
La pauvre Esméralda
Bossu, boiteux et borgne
C'est lui qu'on élira
Le Pape des fous !
Le Pape des fous !
C'est lui qu'on élira
C'est lui qu'on élira
Qua-si-mo-do !
C'est lui qu'on élira
C'est lui qu'on élira
Le Pape des Fous !
C'est lui qu'on élira
C'est lui qu'on élira
Qua-si-mo-do !
Le Pape des Fous !

Le Pape des Fous
Quasimodo :
Petites filles
Vous ne vous moquerez plus
Quand vous verrez dans la rue
Quasimodo le bossu
Ils m'ont élu
Le Pape des Fous
C'est aujourd'hui le jour de la fête des Rois
Et pour un jour cela me donne tous les droits
M'aimeras-tu
Esméralda ?
M'aimeras-tu ?
Mais tu t'en fous
Esméralda
Oh ! tu t'en fous
Qu'ils m'aient élu
Le Pape des Fous
Petites filles
Qui récitez des rondeaux
En mimant Quasimodo
Avec sa bosse au dos
Qu'est-ce que ?a vous fait
Que je sois si laid ?
je hais la femme et l'homme qui m'ont donné le jour
Et m'ont abandonné sans donner d'amour
M'aimeras-tu
Esméralda ?
M'aireras-tu ?
Mais tu t'en fous
Esméralda
Oh ! tu t'en fous
Qu'ils m'aient élu
Le Pape des Fous
Le Pape des Fous
Le Pape des Fous
Le Pape des Fous
Frollo s'avance vers Quasimodo et lui arrache sa tiare.

La Sorcière
Frollo :
Attention !
Cett'fille est étrangère
C'est une bohémienne
Une sorcière
C'est une chienne
Une chatte de gouttières
Un animal qui tra?ne
Pieds nus sur les pavés
C'est un péché mortel à regarder
Il faudrait la mettre en cage
Qu'elle ne fasse plus de ravages
Dans les coeurs des les ames
Des fidèles de Notre-Dame
Ce soir nous la suivrons dans les ruelles
Et nous l'enlèverons
Nous l'emporterons
Nous l'emprisonnerons dans une tourelle
Et nous lui montrerons
La religion de Jésus-Christ
Et de sa sainte Mère Marie
Quasimodo :
Tu me demanderais
N'importe quoi
Je le ferais pour toi
Tout ce que tu voudras
Tu le sais
Tout ce que tu voudras
Je le ferais pour toi
Je le ferais pour toi

L'Enfant trouvé
Quasimodo :
Toi qui m'as recueilli
Adopté et nourri
Moi l'enfant trouvé
L'enfant rejeté
Par ceux qui avaient honte
D'avoir mis au monde
Un monstre
Toi qui m'as vu grandir
Toi qui m'as vu souffrir
Toi qui m'as protégé
Contre le monde entier
Tu m'as fait le bonheur
De me nommer sonneur
Des cloches
Tu m'as appris à parler
A lire et à écrire
Mais je ne sais pas lire
Le fond de tes pensées
Je t'appartiens
De tout mon être
Comme jamais un chien
N'a aimé son ma?tre
Je t'appartiens
De tout mon être
Comme jamais un chien
N'a aimé son ma?tre

Les Portes de Paris
Gringoire :
Les portes de Paris
Déjà se ferment sur la nuit
La nuit de tous les cris
De tous les rires
Et de tous les désirs
La nuit de tous les vices
Qui s'assouvissent
Dans le lit de Paris
Cabaret de tous les délires
Sur le Pont-au-Change
Ce soir j'ai rencontré un ange
Qui m'a souri
Et qui loin de ma vue a disparu
Dans les rues de Paris
Je l'ai suivie, je l'ai perdue
J'ai poursuivi la nuit
De tous les ries
Et de tous les désirs
La nuit de tous les vices
Qui s'assouvissent
Dans le lit de Paris
Cabaret de tous les délires
Les portes de Paris
Déjà se ferment sur la nuit
La nuit de tous les crimes
De tous les rires
Et de tous les désirs

Frollo et Quasimodo suivent Esméralda dans les ruelles. Mais Phoebus fait le guet. Esméralda marche dans la nuit en fredonnant. Quasimodo tente d'enlever Esméralda. Phoebus et ses gardes interviennent. Frollo se sauve. Les gardes arrêtent Quasimodo. Phoebus s'empare d'Esméralda.

Tentative d'enlèvement
Phoebus à ses soldats :
Arrêtez-le
C'est le bossu de Notre-Dame
Pauvre de lui !
Le voilà qui s'attaque aux femmes
Phoebus (à Esméralda) :
Je suis le capitaine
Chargé de la sécurité
De tous les citoyens
Et de toutes les citoyennes
Permettez que je vous ramène
Hors des murs de la Cité
Où vivent les bohémiens
Où vivent les bohémiennes
Esméralda :
Passez tout droit
Vous vous trompez sur moi je crois
Esméralda,
Monsieur, n'est pas fille à soldats
Phoebus :
Entre chien et loup
Demain à la tombée du jour
Je te donne rendez-vous
Au Cabaret du Val d'Amour
Esméralda :
Au Cabaret du Val d'Amour
Esméralda s'enfuit.

La cour des miracles
Clopin et le choeur des Exclus:
Ici on est tous des frères
Dans la joie dans la misère
Vous ne trouverez chez nous ni le Ciel ni l'Enfer
Ni le Ciel ni l'Enfer
Nous sommes comme des vers
Comme des vers dans le ventre de la terre
La sang et le vin ont la même couleur
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Les filles de joie dansent avec les voleurs
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Mendiants et brigands dansent la même danse
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Puisque nous sommes tous des gibiers de potence
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Nous sommes de la même race
La race des gens qui passent
Vous ne trouverez chez nous ni religion ni nation
Ni religion ni nation
Nos oripeaux pour drapeaux
La couleur de ma peau contre celle de ta peau
Truands et Gitans chantent la même chanson
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Puisque nous sommes tous évadés de prison
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Voleurs et tueurs boivent au même calice
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Puisque nous sommes tous repris de justice
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Poète Gringoire
Vous serez pendu
Pour avoir
Comme un intrus
Pénétré le Cénacle
De la Cour des miracles
Pénétré le Cénacle
Pénétré le Cénacle
De la Cour des miracles
A moins qu'une femme
Ne vous prenne pour époux
Garde à vous
Je le proclame
Les poètes en France
Sont bons pour le potence
Les poètes en France
Les poètes en France
Sont bons pour la potence
Les trois premières femmes à qui Clopin propose Gringoire disent "non". Arrive Esméralda...
Et toi le belle que voilà
Ma belle Esméralda
Veux-tu prendre pour époux
Ce poète de quatre sous ?
Ce poète de quatre sous ?
Ou tu le prends ou je le pend
Esméralda :
S'il est a prendre je le prends
Clopin :
Je te le donne pour mari, mais certes pas pour amant
Je vous déclare donc mariés pour trois ans
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Pendant tout ce temps vous vous tiendrez distants
De la Cour des miracle
De la Cour des miracle
Le sang et le vin ont la même couleur
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Les filles de joie dansent avec les voleurs
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Mendiants et brigands dansent la même danse
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Puisque nous sommes tous des gibiers de potence
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Truands et Gitans chantent la même chanson
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Puisque nous sommes tous évadés de prison
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Voleurs et tueurs boivent au même calice
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
Puisque nous sommes tous des repris de justice
A la Cour des miracle
7A la Cour des miracle
A la Cour des miracle
A la Cour des miracle

Le Mot Phoebus
Esméralda :
Maintenant pourrais-je savoir
Qui j'ai l'honneur d'avoir pour mari
Gringoire :
Je suis le poète Gringoire
Je suis prince des rues de Paris !
Esméralda :
Il est le prince des rues de Paris !
Gringoire :
Je ne suis pas un homme à femme
si tu veux je ferai de toi
Mon égérie, ma muse, ma Dame
Esméralda :
Toi qui sais lire et écrire
Toi le poète peux-tu me dire
Ce que veut dire Phoebus
Gringoire :
Par Jupiter
Qui donc sur terre
Ose porter un nom pareil ?
Esméralda :
C'est celui pour qui mon coeur bat
Gringoire :
Si je m'souviens
De mon latin
Le mot Phoebus veut dire soleil
Esméralda :
Phoebus veut dire soleil

Beau comme le soleil
Esméralda :
Il est beau comme le soleil
Est-ce un prince un fils de roi
Je sens l'amour qui s'éveille
Au fond de moi
Plus fort que moi
Il est beau comme le soleil
C'est un prince, un fils de roi
De roi... je crois
Fleur-de-Lys (en apparté) :
Il est beau comme le soleil
C'est un voyou, un soldat
Quand il me serre contre lui
Je voudrais fuir mais je ne puis
Il est beau comme le soleil
C'est un voyou, un soldat
Soldat... du roi
Les deux :
Il est beau comme le soleil
Ma merveille, mon homme à moi
Il me prendra dans ses bras
Et pour la vie, il m'aimera
Il est beau comme le soleil
Ma merveilles, mon homme à moi
Il est beau comme le soleil
Beau comme le soleil


Déchiré
Phoebus :
Déchiré
Je suis un homme partagé
Déchiré
Entre deux femmes que j'aime
Entre deux femmes qui m'aiment
Faut-il que je me coupe le coeur en deux ?
Déchiré
Je suis un homme dédoublé
Déchiré
Entre deux femmes que j'aime
Entre deux femmes qui m'aiment
Est-ce ma faute si je suis un homme heureux ?
L'une pour le jour
Et l'autre pour la nuit
L'une pour l'amour
Et l'autre pour la vie
L'une pour toujours
Jusqu'à la fin des temps
Et l'autre pour un temps
Un peu plus court
Déchiré
Je suis un homme partagé
Déchiré
Entre deux femmes que j'aime
Entre deux femmes qui m'aiment
Mais ce n'est pas à moi qu'?a fait du mal
Déchiré
Je suis un homme dédoublé
Déchiré
Entre deux femmes que j'aime
Entre deux femmes qui m'aiment
Est-ce ma faute si je suis un homme normal ?
L'une pour le ciel
Et l'autre pour l'enfer
L'une pour le miel
Et l'autre pour l'amer
L'une à laquelle
J'ai fait tous les serments
et l'autre avec laquelle
Je les démens
Déchiré
Je suis un homme partagé
Déchiré
Entre deux femmes que j'aime
Entre deux femmes qui m'aiment
Faut-il que je me coupe le coeur en deux ?
Non~
Déchiré
Je suis un homme dédoublé
Déchiré
Entre deux femmes que j'aime
Entre deux femmes qui m'aiment
Est-ce ma faute si je suis un homme heureux ?
Déchiré~ Déchiré~
Déchiré~ Déchiré~
Je suis un homme partagé
Déchiré
Entre deux femmes que j'aime
Entre deux femmes qui m'aiment
Faut-il que je me coupe le coeur en deux ?
Déchiré
Je suis un homme dédoublé
Déchiré
Entre deux femmes que j'aime
Entre deux femmes qui m'aiment
Est-ce ma faute si je suis un homme heureux ?
Déchiré~ Déchiré~
Déchiré~

 

Anarkia
Frollo :
Qui est cette fille
Qui vient danser
Ses danses infames
Devant Notre-Dame
Gringoire :
Cette fille est ma femme
Elle m'a été donnée
Par le roi des gitans
Frollo :
L'avez-vous touchée
Vassal de Satan ?
Gringoire :
Je n'me s'rais pas permis
Frollo :
Je vous l'interdis
Gringoire :
Je voudrais vous montrer
Une inscription gravée
Sur une pierre au-delà
De la galerie des Rois
Dites-moi ce qui veut dire
Ce mot Anarkia ?
Frollo :
Tu es un possédé
Le grec Anarkia
Veut dire Fatalité
Gringoire :
N'est-ce pas Quasimodo
Qu'on amène là-bas
Frollo :
Il s'est fait arrêter l'idiot
Allez savoir pourquoi !
Quasimodo est soumis au supplice de la roue.
Frollo et la foule :
Boussu ! boiteux ! borgne ! violeur !
Sonneur de cloches de malheur
Frollo :
Priez pour lui, pauvre pécheur
Ayez pitié de lui Seigneur



A Boire !
Quasimodo :
Pitié pour le pauvre Quasimodo
Qui porte déjà sur son dos
Tous les malheurs du monde
Et qui ne vous demande
Qu'une goutte d'eau
Pitié badauds
pour votre bedeau
Une goutte d'eau
Pour Quasimodo
A boire !
Donnez-moi à boire !
A boire ! A boire !
Donnez-moi à boire !

Quasimodo voit s'écarter la populace. Esméralda s'avance pour lui donner à boire.

Belle
Quasimodo :
Belle
C'est un mot qu'on dirait inventé pour elle
Quand elle danse et qu'elle met son corps à jour, tel
Un oiseau qui étend ses ailes pour s'envoler
Alors je sens l'enfer s'ouvrir sous mes pieds
J'ai posé mes yeux sous sa robe de gitane
A quoi me sert encore de prier Notre-Dame
Quel
Est celui qui lui jettera la première pierre
Celui-là ne mérite pas d'être sur terre
O Lucifer !
Oh ! Laisse-moi rien qu'une fois
Glisser mes doigts dans les cheveux d'Esméralda
Frollo :
Belle
Est-ce le diable qui s'est incarné en elle
Pour détourner mes yeux du Dieu éternel
Qui a mis dans mon être ce désir charnel
Pour m'empêcher de regarder vers le Ciel
Elle porte en elle le péché originel
La désirer fait-il de moi un criminel
Celle
Qu'on prenait pour une fille de joie une fille de rien
Semble soudain porter la croix du genre humain
O Notre-Dame !
Oh ! laisse-moi rien qu'une fois
Pousser la porte du jardin d'Esméralda
Phoebus :
Belle
Malgré ses grands yeux noirs qui vous ensorcellent
La demoiselle serait-elle encore pucelle ?
Quand ses mouvements me font voir monts et merveilles
Sous son jupon aux couleurs de l'arc-en-ciel
Ma dulcinée laissez-moi vous être infidèle
Avant de vous avoir mené jusqu'à l'autel
Quel
Est l'homme qui détournerait son regard d'elle
Sous peine d'être changé en statue de sel
O Fleur-de-Lys,
Je ne suis pas homme de foi
J'irai cueillir la fleur d'amour d'Esméralda
Quasimodo, Frollo et Phoebus :
J'ai posé mes yeux sous sa robe de gitane
A quoi me sert encore de prier Notre-Dame
Quel
Est celui qui lui jettera la première pierre
Celui-là ne mérite pas d'être sur terre
O Lucifer !
Oh ! laisse-moi rien qu'une fois
Glisser mes doigts dans les cheveux d'Esméralda
Esméralda
Quasimodo prend Esméralda par la main et l'amène vers la Cathédrale.



Ma maison, c'est ta maison
Quasimodo :
Mes amies les gargouilles qui veillent sur toi
te protègeront de tous les imbéciles
Quand tu auras besoin d'un abri
tu n'auras qu'à venir demander asile
Notre-Dame de Paris
C'est ma maison, mon nid
C'est ma ville, c'est ma vie
Mon air, mon toit, mon lit
C'est ma chanson, mon cri
Ma raison, ma folie
Ma passion, mon pays
Ma prison, ma patrie
Esméralda :
Tes amies les gargouilles sont aussi mes amies
C'est elles qui me font rire le jour quand je m'ennuie
Et toi tu leur ressembles et tu me plais pour ?a
Même si j'ai peur de toi toujours quand je te vois
Quasimodo :
Dans ma maison à moi
Il y fait toujours beau
L'hiver il fait moins froid
L'été il fait moins chaud
Tu viendras quand tu veux
Quelle que soit la saison
Ma maison si tu veux
Ce sera ta maison
Quand tu auras besoin d'un abri
Tu n'auras qu'à venir demander asile

Quasimodo : Esméralda :
Dans ma maison à moi
Il y fait toujours beau
L'hiver il fait moins froid
L'été il fait moins chaud
Tu viendras quand tu veux
Quelle que soit la saison
Ma maison si tu veux
Ce sera ta maison Dans ta maison à toi
Il y fait toujours beau
L'hiver il fait moins froid
L'été il fait moins chaud
Je viendrai quand je veux
Quelle que sois la saison
Ta maison si je veux

Ce sera ma maison
Esméralda pénètre pour la première fois dans Notre-Dame. Frollo observe Esméralda du haut du jubé.

Avé Maria pa?en
Esméralda :
Avé Maria
Pardonne-moi
Si devant toi
Je me tiens debout
Avé Maria
moi qui ne sais pas me mettre à genoux
Avé Maria
Protège-moi
De la misère, du mal et des fous
Qui règnent sur la terre
Avé Maria
Des étrangers il en vient de partout
Avé Maria
Ecoute-moi
Fais tomber les barrières entre nous
Qui sommes tous des frères
Avé Maria
Veille sur mes jours et sue mes nuits
Avé Maria
Protège-moi
Veille sur mon amour et ma vie
Avé Maria

 
Je sens ma vie qui bascule
Frollo :
Je sens ma vie qui bascule
Vers une terre inconnue
Je vois la foule qui recule
Quand je marche dans la rue
Je suis un homme mis à nu
Un homme mis à nu
 
 

Tu vas me détruire
Frollo :
Cet océan de passion
Qui déferle dans mes veines
Qui cause ma déraison
Ma déroute, ma déveine
Doucement j'y plongerai
Sans qu'une main me retienne
Lentement je m'y noierai
Sans qu'un remords ne me vienne
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Et je vais te maudire
jusqu'à la fin de ma vie
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
J'aurais pu le prédire
Dès le premier jour
Dès la première nuit
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Mon péché, mon obsession
Désir fou qui me tourmente
Qui me tourne en dérision
Qui me déchire et me hante
Petite marchande d'illusion
Je ne vis que dans l'attente
De voir voler ton, jupon
Et que tu danses et tu chantes
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Et je vais te maudire
Jusqu'à la fin de ma vie
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
J'aurai pu le prédire
Dès le premier jour
Dès la première nuit
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Moi qui me croyais l'hiver
Me voici un arbre vert
Moi qui me croyais de fer
Contre le feu de la chair
Je m'enflamme et me consume
Pour les yeux d'une étrangère
Qui ont bien plus de mystère
Que la lumière de la lune
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Et je vais te maudire
Jusqu'à la fin de ma vie
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
J'aurais pu le prédire
Dès le premier jour
Dès la première nuit
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire
Tu vas me détruire

 
 

L'Ombre
Phoebus :
Qui est ce homme
est-ce mon ombre qui me suit
Ou un fant?me dans la nuit
Pourquoi mon ombre
Porterais-elle donc un manteau
Porterait-elle donc un chapeau
Qui êtes-vous ?
Démasquez-vous !
Approchez-vous !
Présentez-vous !
Frollo :
Je suis ta conscience
Ecoute-moi
Si tu ne veux pas
Finir sur la potence
Soldat du Roi
Eloigne-toi
De cet endroit
Où tout droit te mènent tes pas
Phoebus :
Soldat du Roi je suis
Mais dites-moi
Vous qui m'avez suivi
Jusqu'ici
N'êtes vous pas homme de Dieu
Pardieu !

  

Le Val d'Amour
Gringoire, les filles et les clients :
En haut de la rue St-Denis
Il existe un endroit béni
Dont on voit briller les bougies
Dès que vient la tombée du jour
Là-bas au milieu de la plaine
Il suffit qu'un jour on y vienne
Pour que toujours on y revienne
Au cabaret du Val d'Amour
Au Val d'Amour
Les femmes d'amour
Vous font l'amour
Pour quelques sous
Pas besoin d'or
Ou de bijoux
Pas de discours
Ni de mots doux
Que quelques sous
Pour faire l'amour
Aux femmes d'amour
Du Val d'Amour
Les Andalous, les Juifs, les Maures
Vienn'de partout de tous les ports
les voyageurs et les marchands
Vienn's'y reposer en passant
Les Catalan et les Flamands
Vont y flamber tout leur argent
Femmes d'amour qui m'écoutez
C'est le discours d'un troubadour
Qui vient pleurer son mal d'amour
Au cabaret du Val d'Amour
Battez tambour
Aux alentours
Que l'on accoure
Au Val d'Amour
Pas de danger
Qu'on s'enamoure
Sous les atours
Du Val d'Amour
Vous trouverez
Sous le velours
Fleurs d'une nuit
Bonheur d'un jour
Arrivée de Phoebus.
Phoebus :
Quand j'ai le corps en mal d'amour
Sit?t j'accours au Val d'Amour
On n'en ressort qu'au petit jour
Du cabaret du Val d'Amour
Mesdemoiselles excusez-moi
J'attends la belle Esméralda
Elle a cru lire son destin
Entre les lignes de ma main
Gringoire :
Porte du Nord
Sur les Faubourgs
Au carrefour
De Popincourt
Tous les voyous
Tous les filous
Ont rendez-vous
Au Val d'Amour
Les gens de Cour
S'y déshonorent
On les voit saouls
Et ivres morts
Au Val d'Amour
Les femmes d'amour
Vous font l'amour
Pour quelques sous
Pas besoin d'or
Ou de bijoux
Pas de discours
Ni de mots doux
Que quelques sous
Pour faire l'amour
Aux femmes d'amour
Du Val d'Amour
Au cabaret du Val d'Amour
Au cabaret du Val d'Amour



La Volupté
Phoebus et Esméralda sont dans une chambre. Frollo guette par la fenêtre
Phoebus :
La volupté
A moi la volupté
de ce corps non encore souillé
A moi toute la volupté
Personne d'autre que moi
ne mettre les mains sur toi
Ange noir de ma vie
Je t'aimerai
Au plus secret des nuits
D'un seul regard
Tu as mis le feu à ma vie
Esméralda :
Nos deux couleurs de peau
Comme
En un seul flambeau
Je veux t'aimer
T'aimer au risque de ma vie
Prends-moi
Prends-moi si c'est ma destinée
Phoebus :
Esméralda
Voyons si c'est ta destinée
Esméralda :
Phoebus
Phoebus :
Esméralda
Frollo, qui a ramassé le couteau d'Esméralda, frappe Phoebus dans le dos et s'enfuit. Esméralda s'évanouit sur le corps de Phoebus.
 

Fatalité
Gringoire :
Fatalité
Ma?tresse de nos destins
Fatalité
Quand tu croises nos chemins
Fatalité
Qu'on soit prince ou moins que rien
Fatalité
Qu'on soit reine ou bien putain
Fatalité
Tu tiens nos vies dans ta mains
Tous :
Fatalité !
Fatalité !
Fatalité !
Fatalité !

Fin de l'acte I

Act II  

1 - Florence 13 - Un matin tu dansais 2 - Les Cloches 14 - Libérés 3 - Où est-elle ? 15 - Lune
4 - Les oiseaux qu'on met en cage 16 - Je te laisse un sifflet
5 - Condamnés 17 - Dieu que le monde est injuste 6 - Le Procès 18 - Vivre
7 - La Torture 19 - L'attaque de Notre-Dame
8 - Phoebus 20 - Déportés
9 - Etre prêtre et aimer un femme 21 - Mon ma?tre, mon sauveur
10 - La Monture 22 - Donnez-la moi
11 - Je reviens vers toi
23 - Danse mon Esméralda
12 - Visite de Frollo à Esméralda


Florence
Frollo :
Parlez-moi de Florence
Et de la Renaissance
Parlez-moi de Bramante
Et de l'Enfer de Dante
Gringoire :
A Florence on raconte
Que le terre serait ronde
Et qu'il y aurait un autre
Continent en ce monde
Des bateaux sont partis déjà sur l'océan
Pour y chercher la porte de la route des Indes
Frollo :
Luther va réécrire le Nouveau Testament
Et nous sommes à l'aube d'un monde qui se scinde
Gringoire :
Un dénommé Gutenberg
A changé la face du monde
Frollo :
Sur les presse de Nuremberg
On imprime à chaque seconde
Gringoire :
Des poèmes sur du papier
Des discours et des pamphlets
Frollo et Gringoire :
Des nouvelles idées
Qui vont tout balayer
Gringoire :
Les petites choses toujours viennent à bout des grandes
Et la littérature tuera l'architecture
Frollo :
Les livres des écoles tueront les cathédrales
La Bible tuera l'Eglise et l'homme tuera Dieu
Ceci tuera cela
Frollo et Gringoire :
Des bateaux sont partis déjà sur l'océan
Pour y chercher la porte de la route des Indes
Luther va réécrire le Nouveau Testament
Et nous sommes à l'aube d'un monde qui se scinde
Ceci tuera cela
Ceci tuera cela

 

Les Cloches
Gringoire :
Les cloches ne sonnent plus
La cathédrale s'est tue
Quasimodo est malheureux
Quasimodo est amoureux
Frollo :
Il fait la grève des cloches
Depuis déjà trois jours
Quasimodo est triste
Quasimodo est fou
Gringoire et Frollo :
Parce qu'il se meurt d'amour
Quasimodo :
Les cloches que je sonne
Sont mes amours, sont mes amantes
Je veux qu'elles claironnent,
Qu'elles tambourinent et qu'elles chantent
Qu'il grêle ou qu'il tonne
Ou qu'il pleuve ou qu'il vent
Je veux qu'elles résonnent
Dans la joie comme dans la tourmente
Celles qui sonnent quand on na?t
Celles qui sonnent quand on meurt
Celles qui sonnent tous les jours toutes les nuits, toutes les heures
Celles qui sonnent quand on prie
Celles qui sonnent quand on pleure
Celles qui sonnent pour le peuple qui se lève de bonne heure
Pour le fête de Rameaux
Pour la Quasimodo
Pour le jour de No?l et le jour de la Toussaint
Pour l'Annonciation
Pour le Résurrection
Pour la St-Valentin et pour le Vendredi Saint
Pour les célébrations
Et pour les processions
La plus belle c'est qu'on appelle le Fête Dieu
Jour de l'an, jour des rois
Jour de Paques, jour de joie
Jour de la Pentec?te avec ses langues de feu
Pour les confirmations
Et pour les communions
L'Angélus et le glas dies irae dies illa
La jour de l'Ascension
La jour de l'Assomption
Pour tous les hosannas et tous les alleluias
Mais celle que je préfère
Parmi toutes ces femmes de fer
Ce sont les trois Maries
Qui sont mes meilleures amies
Il y a la petite Marie
Pour les enfants qu'on met en terre
Il y a la grande Marie
Pour les marins qui partent en mer
Mais quand je sonne la grosse Marie
Pour les amants qui se marient
C'est pas que j'ai le coeur à rire
je l'aurais plut?t à mourir
De les voir si joyeux
De les voir si heureux
Moi qu'aucune femme ne regardera jamais dans les yeux
De les voir convoler
De les voir s'envoler
Au milieu des étoiles sous la vo?te des cieux
Toutes les cloches que je sonne
Kyrie Eleison
Hosanna alleluia dies irae dies illa
Toutes ces cloches de malheur
Toutes ces cloches de bonheur
Toutes ces cloches qui n'ont jamais encore sonné pour moi
Les cloches que je sonne
Sont mes amies sont mes amantes
Je veux qu'elles claironnent
Si Esméralda est vivante
Pour dire au monde que Quasimodo aime Esméralda


Où est-elle ?
Frollo :
Gringoire qu'as-tu fais de ta femme ?
Qu'on ne voit plus danser à notre-Dame
Gringoire :
Je n'en sais rien pour être honnête
Vous êtes prêtre et moi poète
Nous n'avons pas des femmes
La même religion, la même poésie
Frollo :
Où est-elle
Ton Esméralda
Les rues de Paris
Sont tristes sans elle
Gringoire :
Elle est seule
Dans une tourelle
Loin de ceux qui craignent
Qu'on les ensorcelle
Frollo :
Que veux-tu dire poète
Tu as la langue fourchue
Ne fais de pirouettes
Dis-moi si tu l'as vue
Clopin :
Où est-elle
Mon Esméralda
La Cour de Miracles
A perdu sa reine
Gringoire :
Elle ressemble
A une hirondelle
A qui on aurait
Coupé les deux ailes
Vous la trouverez
A la prison de la Santé
Si vous ne la sauvez
Elle sera condamnée
A être pendue
Clopin :
Ne m'en dites pas plus
Les Trois :
Où est-elle
Notre Esméralda ?
Les rues de Paris
Sont tristes sans elle
Elle ressemble
A une hirondelle
A qui on aurait
Coupé les deux ailes
 

Les oiseaux qu'on met en cage
Esméralda :
Les oiseaux qu'on met en cage
Peuvent-ils encore voler?
Les enfants que l'on outrage
Peuvent-ils encore aimer ?
J'étais comme une hirondelle
J'arrivais avec le printemps
je courrais par les ruelles
En chantant des chants gitans
Où es-tu sonneur de cloches
Où es-tu mon Quasimodo ?
Viens me sauver de la corde
Viens écarter mes barreaux
Quasimodo :
Où es-tu mon Esméralda
Où te caches-tu de moi ?
voilà au moins trois jours déjà
Qu'on ne te voit plus par là
Es-tu partie en voyage
Avec ton beau capitaine
Sans fian?ailles, sans mariage
Comme à la mode pa?enne ?
Serais-tu morte peut-être
Sans prière et sans couronne ?
Ne laisse jamais un prêtre
S'approcher de ta personne
Esméralda :
Souviens-toi d'un jour de foire
Quasimodo :
Où l'on m'avait mis à la roue
Esméralda :
Quand je t'ai donné à boire
Quasimodo :
Je suis tombé à genoux
Les Deux :
On est devenus ce jour-là
Amis à la vie à la mort
Il se passe entre toi et moi
Quelque chose de tell'ment fort
Les oiseaux qu'on met en cage
peuvent-ils encore voler ?
Les enfants que l'on outrage
Peuvent-ils encore aimer ?
Clopin et les Sans-papiers sont arrêtés et emprisonnés
 

Condamnés
Clopin :
Condamné
Arrêté
Accusé
Enfermés
Délogés
Expulsés
Exilés
Déportés
La couleur
De ma peau
Contre celle
De ta peau
La musique
Que tu chantes
Contre celle
Que je danse
La douleur
De l'exil
Dans les rues
De ta ville
Comment faire un monde
Où il n'y aurait plus
D'exclus ?
Comment faire un monde
Sans misère
Et sans frontières ?
Humiliés
Rejetés
Opprimés
Révoltés
Torturés
écrasés
Décimés
Massacré
Ton pays
Que je porte
Dans mon coeur
Dans mon corps
Ton pays
Qui m'apporte
Le malheur
Et la mort
Ma chaleur
Du midi
Sous ton ciel
Toujours gris
Comment faire un monde
Sans misère
Et sans frontières
Comment faire un monde
Où il n'y aurait plus
D'exclus ?
Condamnés
Arrêtés
Accusés
Enfermés
Délogés
Expulsés
Exilés
Déportés
Condamné
Condamné



Le Procès
Frollo (en juge) :
Esméralda vous êtes accusée
D'avoir blessé le chef des archers
Esméralda :
S'il est blessé c'est qu'il est vivant
Oh ! laissez-moi le voir rien qu'un seul instant
Frollo :
Vous l'avez séduit et ensorcelé
D'un coup de couteau vous l'avez frappé
Esméralda :
Ce n'est pas moi, juré sur ma vie
Frollo :
Mais vous étiez seule avec lui dans ce lit
Esméralda :
C'est un prêtre infernal qui me poursuit
Il m'appara?t partout ans la nuit
Frollo :
Cette fille a des hallucinations
Qui sont le fruit de son imagination
Esméralda :
Il vous ressemble un peu Monsieur
Frollo :
Regardez le feu qu'elle a dans les yeux
Frollo et la foule :
C'est une sorcière, c'est une étrangère
C'est une bohémienne, c'est une pa?enne
Frollo :
Avouez-vous ce crime
Dont vous êtes accusée ?
Esméralda :
Moi je suis la victime
Je n'ai rien à avouer  

 

La Torture
Frollo (en juge) :
Qu'on la torture
Qu'on la mette à la question
Si elle endure
C'est qu'elle est dure d'opinion !
Mettez-lui son petit pied
Dans l'étau et puis serrez
Serrez !
Serrez !
(Instrumental)
Frollo :
Avouez-vous ?
Esméralda :
Je l'aime ! Je l'avoue
Frollo :
Déliez-lui les pieds et les mains
Esméralda :
Assassins ! Assassins !
Frollo :
Fille bohème, vous avez avoué tous vos faits de magie, de prostitution et harassement sur Phoebus de Chateaupers. Vous serez menée en chemise, pieds nus, la corde au cou en place de Grève où vous serez pendue au gibet de la ville.



Phoebus
Esméralda :
Phoebus
Si par bonheur il n'est pas mort
Dits-lui que je l'aime encore
Phoebus
Si tu m'entends viens me sauver
Viens leur crier la vérité
Phoebus
Dis-leur que je n'ai pas tué
Phoebus
Ce couteau que je possédais
Je l'ai posé sur le plancher
Phoebus
Cet homme en noir qui nous suivait
Sur toi je l'ai vu se pencher
Phoebus
De mon couteau il t'a frappé
Phoebus
Promets-moi que tu garderas
Le souvenir d'Esméralda
Phoebus
Celle qui dansait sur le parvis
Et qui t'avais donné sa vie
Phoebus
Oh ! viens m'emporter loin d'ici
Vers les montagnes d'Andalousie
Phoebus  
Etre prêtre et aimer un femme
Frollo :
J'étais un homme heureux avant de te conna?tre
j'avais refoulé tout au fond de mon être
Cette force du sexe étouffé dans mon adolescence
J'avais pour femme et pour ma?tresse la religion et la science
Oh ! être prêtre et aimer une femme
L'aimer de toutes les fureurs de son ame !
Contre vents et marées j'étais inébranlable
Droit et fier comme une tour de cathédrale
Quand tu vins comme un ver me ronger par dedans
Et réveiller en moi le feu d'un vieux volcan
Oh ! être prêtre et aimer une femme
L'aimer de toutes les fureurs de son ame !
Je vivais loin des femmes, flagellé dans ma chair
Quand au coeur de la nuit, ce fut comme un éclair
Distrait de ma prière, j'ai ouvert ma fenêtre
Au jour qui se levait pour te voir appara?tre
Oh ! être prêtre et aimer une femme
L'aimer, oui, l'aimer, de toutes les fureurs de son ame !
Oh ! être prêtre et aimer une femme
Caresse-moi d'une main torture-moi de l'autre
Fais-moi expier ma faute
L'enfer où tu ira, j'irai aussi
Et ce sera mon paradis
Oh ! être prêtre et aimer une femme
L'aimer, oui, l'aimer, de toutes les fureurs de son ame !
Oh ! être prêtre et aimer une femme
Une femme  
 

La Monture
Fleur-de-Lys (de loin, à Phoebus) :
Quand on te voit sur ta monture
Quelle allure et quelle stature
Un vrai modèle de droiture
Une force de la nature
Ou bien n'es-tu qu'une raclure
Un animal de luxure
Qui court à l'aventure ?
Y a-t-il un coeur sous ton armure ?
Le mien est pur comme l'azur
Laiss'moi panser tes blessures
Oublions cette mésaventure
Je t'aimerai si tu me jures
Je t'aimerai si tu me jures
Qu'on la pendra
La Zingara
Mes rêves de petite fille
Cousus de fil en aiguille
Je les ai jetés au loup
Détrompe-toi car je suis
Aussi blanche qu'une brebis
Qui se roule dans la boue
Tes mots d'amour sont des injures
Tes serments sont des parjures
Mon coeur déjà se fait plus dur
Je te mets au pied du mur
Délivre-moi de ma ceinture
Viens en moi petite ordure
Apprends-moi l'art de la luxure
Je t'aimerai si tu me jures
Je t'aimerai si tu me jures
Qu'on la pendra
La Zingara
Je t'aimerai si tu me jures
Je t'aimerai si tu me jures
Qu'on la pendra
L'Esméralda !
Qu'on la pendra
La Zingara  


Je reviens vers toi
Phoebus :
J'étais ensorcelé
Dans ma tête dans mon corps
La bohémienne m'avait jeté un sort
J'étais déboussolé
J'avais perdu le nord
Dans ces méandre où j'ai fr?lé la mort
L'homme qui te trompait
N'étais pas le même
Qu'aujourd'hui celui
Qui te dit Je t'aime
Je me sens guéri
Le coeur et l'esprit
Si tu veux de moi
Je reviens vers toi
J'étais ensorcelé
Dans me tête dans mon corps
La bohémienne ne voulait que mon or
J'étais déboussolé
J'avais perdu le nord
Mais aujourd'hui je reviens à bon port
J'étais ensorcelé
Dans ma tête dans mon corps
La bohémienne est condamnée à mort
J'étais déboussolé
J'avais perdu le nord
Au fond de moi c'est toi que j'aime encore
C'est toi que j'aime encore
C'est toi que j'aime encore



Visite de Frollo à Esméralda
Frollo :
Je suis prêtre et je viens te préparer à mourir
Esméralda :
J'ai froid, j'ai faim, laissez-moi sortir
Je n'ai rien fait contre personne
Frollo :
écoute la cloche qui sonne
Il est cinq heures du matin
Bient?t s'ouvrira cette porte
Dans une heure tu seras morte...
Esméralda :
Dans une heure je serais bien !
Frollo :
On verra bien si tu danses
Encore devant la potence
Esméralda :
Qu'est ce que je vous ai fait
Pour que vous me ha?ssiez ?
Frollo :
Ce n'est pas de la haine
C'est que je t'aime !
Je t'aime
Esméralda :
Mais qu'est-ce que j'ai donc fait
Pour qu'ainsi vous m'aimiez
Moi pauvre gitane
Et vous curé de Notre-Dame
Un matin tu dansais
Frollo :
Un matin tu dansais
Sur la place au soleil
Et jamais je n'avais
Rien connu de pareil
Violemment un frisson
Envahit tout mon corps
Oh ! je m'en souviens encore
Depuis ce jour-là
Quand je vois ma face dans le glace
Je crois voir Lucifer
Appara?tre à ma place
Esméralda :
Il viendra je l'attends
Mon Phoebus mon soleil
Il sera mon amant
Mon amour, ma merveille
Approche-toi assassin
Tu mourras de mes mains
Non tu ne me fais pas peur
Je mords comme un chien
éloigne-toi oiseau de malheur
Frollo :
Je ne demandais rien qu'un instant de bonheur
Je te donne le choix
Avant le petit jour
C'est le gibet ou moi
Frollo et Esméralda :
C'est la mort ou l'amour
Frollo :
C'est la tombe ou mon lit
Frollo et Esméralda :
C'est la mort ou la vie
Frollo :
Tu n'as qu'à dire oui
Si je te sors d'ici
Je promets que je te rendrai
A tes frères les Gitans
A tes frères en Satan
Esméralda :
Vas-t-en !
Vas-t-en !
Vas-t-en !
Vas-t-en !

Frollo se jette sur Esméralda pour la violer. Quasimodo, qui avait suivi Frollo, libère les prisonniers. Clopin assomme Frollo et emmène Esméralda.  

Libérés
Quasimodo :
Libérés
évadés
échappés
Envolés
Je les ai
Libérés
Ils se sont
évadés
Quasimodo :
Libérés

échappés

Enflammés

Insurgés

Libérés

échappés

Enflammés

Insurgés Clopin :

évadés

Envolés

Embrasés

Révoltés

évadés

Envolés

Embrasés

Révoltés
Quasimodo :
Ils étaient enfermés
Moi j'ai ouvert a cage
Ils se sont échappés
Et ils ont pris le large
Quasimodo :
Libérés

échappés

Enflammés

Insurgés

Libérés

échappés

Enflammés

Insurgés Clopin :

évadés

Envolés

Embrasés

Révoltés

évadés

Envolés

Embrasés

Révoltés Gringoire :
Ils

demandent

le droit

d'asile

Donnez

leur

le droit

d'asile
Esméralda :
Libérés
évadés
échappés
Envolés
Quasimodo :
Libérés
échappés
Enflammés
Insurgés Clopin :
évadés
Envolés
Embrasés
Révoltés Gringoire :
Donnez-
leur
le droit
d'asile
Tous :
Libérés
Libérés
Libérés


Lune
Gringoire :
Lune
Qui là-haut s'allume
Sur
Les toits de Paris
Vois
Comme un homme
Peut souffrir d'amour
Bel
Astre solitaire
Qui meurt
Quand revient le jour
Entends
Monter vers toi
La chant de la terre
Entends le cri
D'un homme qui a mal
Pour qui
Un million d'étoiles
Ne valent
Pas les yeux de celle
Qu'il aime
D'un amour mortel
Lune
Lune
Qui là-haut s'embrume
Avant
Que le jour ne vienne
Entends
Rugir le coeur
De la bête humaine
C'est la complainte
De Quasimodo
Qui pleure
Sa détresse folle
Sa voix
Par monts et par vaux
S'envole
Pour arriver jusqu'à toi
Lune
Veille
Sur ce monde étrange
Qui mêle
Sa vois au choeur des anges
Lune
Qui là-haut s'allume
Pour
éclairer ma plume
Vois
Comme un homme
peut souffrir d'amour
D'amour

 

Je te laisse un sifflet
Quasimodo (à Esméralda) :
Je te laisse un sifflet
Pour pouvoir m'appeler
Le jour tu resteras ici
Mais tu pourras te promener la nuit
Sur les toits de la cathédrale
Sous les étoiles
Tu ne m'écoute pas
Tu dors déjà
Le monde est si méchant dehors
Que tu es belle quand tu dors
Dans ton sommeil
Esméralda
Est-ce que tu rêves à ton soleil ?


Dieu que le monde est injuste
Quasimodo :
Dieu que le monde est injuste
Lui si beau et moi si lais
Je te donnerais la lune
Tu ne voudrais pas m'aimer
Et lui sans faire un seul geste
Sans un mot sans un regard
Il a mis de la tendresse
Au fond de tes grands yeux noirs
Tu lui donneras ton corps
Tu croiras à ses serments
Tu l'aimes pour le dehors
Sans voir ce qu'il y a dedans
Dieu que le monde est injuste
Lui seigneur et moi vaurien
Il te donnera la lune
Toi qui ne demandais rien
Dieu que le monde est injuste
Aime ton beau cavalier
Le satin de ta peau brune
N'est pas pour les va-nu-pieds
Ma laideur est une insulte
A ta beauté insolente
Une erreur de la nature
Qui ne me fut pas aimante
Dieu que le monde est injuste
Notre lot n'est pas le leur
Nous n'avons pas de fortune
Mais eux, ont-ils donc un coeur ?
Ils sont nés dans la dentelle
Pour faire l'amour et la guerre
Mais nous pauvres vers de terre
Notre vie est bien plus belle
Et de quel c?té est Dieu
Du c?té des ostensoirs
Ou bien du c?té de ceux
Qui le prient matin et soir
Ce Jésus que l'on adore
A t-il toujours préféré
Les Rois Mages avec leur or
A nous autres pauvres bergers
Dieu que la vie est cruelle
Pour deux coeurs qui se cherchaient
Moi si laid et toi si belle
Comment pourrais-tu m'aimer

Vivre
Esméralda :
La nuit est si belle
Et je suis seule
Je n'ai pas envie de mourir
Je veux encore chanter
Danser et rire
Je ne veux pas mourir
Mourir
Avant d'avoir aimé
Vivre
Pour celui qu'on aime
Aimer
Plus que l'amour même
Donner
Sans rien attendre en retour
Libre
De choisir sa vie
Sans un anathème
Sans interdit
Libre
Sans dieu ni patrie
Avec pour seul baptême
Celui de l'eau de pluie
Vivre
Pour celui qu'on aime
Aimer
Plus que l'amour même
Donner
Sans rien attendre en retour
Ces deux mondes qui nous séparent
Un jour seront-ils réunis
Oh ! je voudrais tellement y croire
Même s'il me faut donner ma vie
Donner ma vie
Pour changer l'histoire
Vivre
Pour celui qu'on aime
Aimer
Plus que l'amour même
Donner
Sans rien attendre en retour
Aimer
Comme la nuit aime le jour
Aimer
Jusqu'à en mourir d'amour
Jusqu'à en mourir d'amour


L'attaque de Notre-Dame
Les sans-papiers occupent Notre-Dame. Sur les ordres de Frollo, Phoebus et ses soldats passent à l'attaque.
Clopin et les Sans-papiers :
Asile !
Asile !
Asile !
Asile !

Asile !

Asile !


Asile !

Asile !

Asile !




Frollo :
Soldats du roi je vous exhorte
A franchir cette porte

En votre ame et conscience
Au nom de la décence

Je vous donne le droit

D'enfreindre le droit
D'asile !
Phoebus :
A bas
Ces sans-papiers
A bas
Ces va-nu pieds
A bas ! A bas !

Phoebus et ses soldats :
A bas !
Ces sans-papiers
A bas !
Ces va-nu pieds
A bas !
A bas !

A bas !
Ces sans-papiers
A bas !
Ces va-nu pieds
A bas !
A bas !




A bas !
Ces sans-papiers
A bas !
Ces va-nu pieds
A bas !
A bas !




A bas !
Ces sans-papiers
A bas !
Ces va-nu pieds
A bas !
A bas !




A bas !
Ces sans-papiers
A bas !
Ces va-nu pieds
A bas !
A bas !









Clopin :
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Oh ! Notre-Dame
Et nous te demandons
Asile ! Asile !
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Oh ! Notre-Dame
Et nous te demandons
Asile ! Asile !
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Oh ! Notre-Dame
Et nous te demandons
Asile ! Asile !

Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Oh ! Notre-Dame
Et nous te demandons
Asile ! Asile !
Clopin :
Esméralda je meurs
Oh ! ma petite soeur
Au nom de tous tes frères
écoute ma prière
Ici tu as grandi
Ici c'est ton pays
Clame-le à grands cris
Pour moi Esméralda
Après la mort de Clopin, Esméralda affronte Phoebus en reprenant le chant des Sans-papiers
Esméralda et les Sans-papiers :
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Esméralda et les Sans-papiers :
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Nous sommes
Des étrangers
Des sans-papiers
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile
Oh ! Notre-Dame
Et nous te demandons
Asile ! Asile ! Gringoire :

Ils sont bien plus de mille

Aux portes de la ville

Et bient?t ils seront

Dix mille et puis cent mille
Le monde va changer

Et va se mélanger

Ils seront des millions

Qui te demanderont




Asile ! Asile !




Phoebus es ses soldats :

A bas !

Ces sans-papiers
A bas !
Ces va-nu pieds

A bas !
Ces sans-papiers

A bas !



A bas !

Ces va-nu pieds



A bas ! A bas !


Deportés
Frollo livre Esméralda à Phoebus.
Phoebus :
Au nom du roi
Ordre est ici rendu
Par la Cour de Paris
Fille Esméralda
Vous serez pendue
Pour cause de sorcellerie
Quant à vous
Sans-papiers
Vous serez
Expulsés
Exilés
Déportés
Phoebus et les Sans-papiers
Expulsés
Exilés
Déportés
Expulsés
Exilés
Déportés
Expulsés
Exilés
Déportés

  
Mon ma?tre, mon sauveur
Quasimodo cherche Esméralda dans tous les recoins de la fa?ade de Notre-Dame et trouve Frollo regardant la pendaison d'Esméralda du haut d'une tour. Il semble devenu fou.

Quasimodo :
Frollo !
Mon ma?tre, mon sauveur
Toi prêtre du Seigneur
Tu avais donc un coeur
Frollo :
Un coeur...
Quasimodo :
Un coeur qui peut aimer
Frollo :
Un coeur qui peut pleurer
Quasimodo :
Un coeur qui peut saigner
Frollo :
Un coeur qui peut tuer
Regarde-là
Ta belle Esméralda
Rappelle-toi Quasimodo
Celle qui dansait sur son tréteau
C'est moi qui l'ai livrée à son bourreau
Parce qu'elle n'a pas voulu de moi !
Quasimodo :
Tu as fait ?a, toi !
Frollo :
Elle mourra comme un Jésus en croix
Regarde là-bas
Le gibet l'attend sur la place de Grève
Ton Esméralda
C'est elle que l'on pend dans le jour qui se lève
Ha ha ha ha...
Esméralda est pendue.
Quasimodo :
Frollo !
Quasimodo jette Frollo du haut de la tour.

Donnez-la moi
Quasimodo se fait donner par le bourreau le corps d'Esméralda pendue.
Quasimodo :
Donnez-la-moi
Rendez-la-moi
Laissez-la-moi
Elle est à moi
Mon Esméralda
Ne t'en va pas
Reste avec moi
Quasimodo s'avance avec Esméralda dans ses bras. Esméralda par terre, s'agenouillant devant elle.
 
Danse mon Esméralda

Quasimodo :
Quand les années auront passé
On retrouvera sous terre
Nos squelettes enlacés
Pour dire à l'univers
Combien Quasimodo aimait
Esméralda la zingara
Lui qui Dieu avait fait si laid
Pour l'aider à porter sa croix
pour l'aider à porter sa croix
Mangez mon corps, buvez mon sang
Vautours de Montfaucon
Que la mort au-delà du temps
Unisse nos deux noms
Laissez mon ame s'envoler
Loin des misères de la terre
Laisser mon amour se mêler
A la lumière de l'Univers
A la lumière de l'Univers
Danse mon Esméralda
Chante mon Esméralda
Danse encore un peu pour moi
Je te désire à en mourir
Dans mon Esméralda
Chante mon Esméralda
Laisse moi partir avec toi
Mourir pour oit n'est pas mourir
Danse mon Esméralda
Chante mon Esméralda
Viens t'endormir dans mes bras
Je te désire à en mourir
Danse mon Esméralda
Chante mon Esméralda
Au delà de l'au-delà
Mourir pour toi n'est pas mourir
Danse mon Esméralda
Chante mon Esméralda
Laisse-moi partir avec toi
Mourir pour toi n'est pas mourir

Fin

相关文章:
更多相关标签: